FRERE ABEL TOUZET..............................................................................    
 

Didier Le Bihan peint dans le cadre qu'il aime.

En ce XXIème  siècle, il reste peu de terres vierges à  explorer. L' homme un peu partout, a modelé la nature en fonction de ses besoins, au lieu de s' adapter à elle et, en la détruisant hélas bien souvent.
« Dis maman, ça pousse où, les oranges ?
        - Fais comme tout le monde, mon petit, regarde en bas du frigo, dans le bac à fruits et légumes !  »
En ce mode de vie artificiel, l' homme a quelque peu perdu son âme. Aussi, a-t- il  besoin de retrouver des repères qui puissent le ramener à une vie authentique. Il reste peu de lieux où la « civilisation » n' a pas encore imposé sa loi. L' Île de Sein est l' un de ces lieux. Aussi, ne vous étonnez pas si Didier Le Bihan a choisi d'y exercer son art:
        - Gagner sa vie… de manière à la perdre ?
        - Ou vivre une vie dont la valeur n'a pas de prix ?

L' artiste a choisi.
Si vous venez visiter son atelier, vous aurez le bonheur de rencontrer un peintre de talent, ce qui n' est pas si courant ; mais vous aurez aussi le privilège de voir évoluer un être authentique, libre, autonome, heureux de vivre et de partager un moment avec vous. Il n'y a normalement pas de gendarmes à l'Ile de Sein, hors période estivale nous  n' en avons pas besoin : sur une île aussi petite, chacun est obligé d' apprendre à respecter l' autre en ses différences, sinon la vie serait invivable. Vivre cet apprentissage est passionnant et l'Ile a toujours rejeté quiconque s'y refuse. Il n'y a pas de voitures non plus, ni de fils de fer barbelés pour délimiter les propriétés. L'Ile est petite, mais on peut s'y promener en marchant droit devant soi pendant des heures, à respirer l' air du large à pleins poumons, extasié de tant de beauté. Oui, Didier est peintre de la lumière, et la lumière de l'Ile qu' il aime, et où il a choisi de vivre une vie sans compromission, est superbe. Mais surtout, le rencontrer est précieux. C' est avoir face à soi le dernier des Mohicans, le premier astronaute qui mettra le pied sur Vénus et la sagesse même qui sait goûter chaque moment présent avec délectation. Car il est cela, tout à la fois.
Je vous le dis, ce gars-là, c'est de l' or, aussi il est bien naturel que cela transparaisse en ses tableaux, d' où jaillit une belle lumière dorée dont il a le secret.


Frère Abel TOUZET